Modification du régime des Prestataires de Services sur Actifs Numériques (PSAN)

par | Déc 16, 2020 | Blockchain, Regulatory

Au milieu du fouillis des ordonnances COVID sorties le 9 décembre 2020, le gouvernement a procédé à une petite refonte du régime applicable aux PSAN (ordonnance n° 2020-1544 du 9 décembre 2020 renforçant le cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme applicable aux actifs numériques). Cette ordonnance est amenée à être complétée par décret pour les nouvelles obligations qu’elle met à la charge des plateformes d’échange crypto-crypto et de négociation, qui entrent désormais dans le périmètre de l’enregistrement obligatoire.

Extension du périmètre de l’enregistrement obligatoire des PSAN

Depuis la publication de la loi PACTE et avant l’ordonnance du 9 décembre, seuls deux services étaient concernés par l’enregistrement obligatoire auprès de l’Autorité des Marchés Financiers :

1° Le service de conservation d’actifs numériques pour le compte de tiers

2° Le service d’achat/vente d’actifs numériques contre devises

Lors de la publication de la Loi PACTE, le gouvernement s’était donné deux ans pour réfléchir à l’extension de ce périmètre obligatoire, en fonction de la pratique et des évolutions sectorielles.

Depuis lors, tant l’Autorité des Marchés Financiers que l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution n’ont cessé d’alerter sur le risque induit par les actifs numériques comme vecteurs d’anonymat, en particulier concernant les « Anonimity Enhanced cryptocurrencies » (A.E.C., de type Monero ou ZCash).

Le renforcement de la vigilance autour des échanges d’actifs numériques était également l’une des préconisations du GAFI.

Il était donc logique que les « bourses » d’échange soient également intégrées au régime obligatoire.

Sont donc désormais soumis à l’enregistrement les prestataires qui offrent les services suivants (3 et 4):

  • Service d’échange d’actifs numériques contre d’autres actifs numériques, soit le fait de conclure des contrats prévoyant l’échange pour le compte d’un tiers d’actifs numériques contre d’autres actifs numériques, avec, le cas échéant, interposition du compte propre du prestataire de service ;
  • service d’exploitation d’une plateforme de négociation d’actifs numériques, soit le fait de gérer une ou plusieurs plateformes de négociation d’actifs numériques, au sein desquelles de multiples intérêts acheteurs et vendeurs exprimés par des tiers pour des actifs numériques contre d’autres actifs numériques ou en monnaie ayant cours légal peuvent interagir d’une manière qui aboutisse à la conclusion de contrats.

Ils auront cependant un délai de 6 mois pour se mettre en conformité à compter de la parution des décrets d’application.

Les obligations sont cependant allégées par rapport aux services 1 (conservation) et 2 (chat/vente), puisque, de façon surprenante, le contrôle de l’AMF et de l’ACPR ne porte que sur le volet connaissance et honorabilité des dirigeants/bénéficiaires effectifs, sans contrôle a priori du dispositif LCB-FT.

Attention, cela ne signifie pas pour autant que ces prestataires peuvent faire ce qu’ils veulent.

En effet, si l’ACPR ne peut vérifier en amont de l’enregistrement si les procédures LCB-FT sont bien respectées, elle conserverait à priori son pouvoir de contrôle et de sanction a posteriori.

En effet, l’article L.561-2 du CMF qui précise les assujettis à la règlementions n’a, quant à lui, pas été modifié et vise toujours (y compris pour les nouveaux entrants) les « sections 2 à 7 » du chapitre sur la lutte anti-blanchiment.

 

Précision sur les règles de territorialité pour l’application du régime PSAN français

 

Dans la pratique et depuis la Loi PACTE, il a été constaté que celle-ci avait pour effet de créer une distorsion concurrentielle entre les acteurs français et des plateformes telles que Binance, Coinbase …

Tant la loi PACTE que ses décrets d’application ne réglaient d’ailleurs pas la question de la territorialité du régime, c’est-à-dire son application à des acteurs qui ne sont pas établis en France.

En septembre 2020, l’AMF avait déjà donné des indications  précises dans une position recommandation (DOC-2020-07).

L’ordonnance vient en substance donner une base textuelle aux précisions apportées par l’AMF, et confirmer que les prestataires étrangers doivent s’enregistrer lorsqu’ils visent un public français.

 

Allègement des obligations LCB-FT pour les PSAN déjà concernés par la procédure d’enregistrement

 

Cette volonté d’alléger les contraintes règlementaires s’explique simplement.

Un début de justification est explicité dans le rapport remis au Président de la république et relatif à l’ordonnance :

« Par ailleurs, compte tenu de la forte hétérogénéité des procédures nationales en l’absence de statut européen, pour les services déjà assujettis à titre obligatoire en droit français, elle allège les contrôles préalables en les recentrant sur les obligations clefs en matière de LCB-FT »

En réalité, on s’est aperçu de difficultés liées au traitement des dossiers d’enregistrement dont la procédure s’est petit à petit rallongée en raison de la complexification du volet LCB-FT.

Les exigences imposées aux acteurs français, pas toujours adaptées à leur activité, constituaient en outre des frais de développement élevés et une restriction concurrentielle par rapport à d’autres prestataires soumis à des exigences moins strictes.

Il a donc été décidé de limiter le périmètre du contrôle de l’AMF et l’ACPR aux dispositions « essentielles » relatives à la classification des risques, à la connaissance du client, à l’examen renforcé, à la déclaration de soupçon et au gel des avoirs.

Toutes les autres dispositions (parmi lesquelles, notamment, la mise en place d’une mesure de vigilance complémentaire) ne seraient plus soumises à contrôle a priori.

Attention, cela ne signifie pas que le contrôle a posterori ne portera pas sur les points non visés par le contrôle a priori.

 

Disparition du client occasionnel

 

L’ordonnance consacre une exigence de longue date, tant que l’AMF que du GAFI, à savoir une extension de l’interdiction de tenue de comptes anonymes aux PSAN.

De fait désormais, les prestataires sur actifs numériques assujettis à la règlementation anti-blanchiment ont l’obligation, quel que soit le service visé, de mettre en place un KYC dès le premier euro (ou contre-valeur en euro).

 

Notre cabinet est spécialisé dans l’accompagnement des PSAN pour la procédure d’enregistrement et d’agrément auprès de l’AMF, avec avis de l’ACPR. Vous souhaitez être accompagné dans le cadre de votre projet ? Contactez-nous pour en savoir plus sur les modalités de cet accompagnement.

Ce que MiCa va changer pour les investisseurs en crypto-actifs

Après la cessation des paiements de la plateforme Celcius, de l’ancien PSAN français ByKEP, c’est au tour de FTX, acteur majeur de la finance décentralisée, d’être dans l’œil du cyclone. Rebondissant sur cette actualité, Stefan Berger, député européen et rapporteur de la proposition de Règlement...

NFT & propriété intellectuelle: amis ou ennemis?

NFT et propriété intellectuelle : amis ou ennemis? La commission des affaires juridiques ("JURI") du Parlement européen a commandé une étude réalisée par des universitaires européens spécialistes des questions de propriété intellectuelle et notamment en matière de "copyright" (droit d'auteur...

Que faire en cas de litige avec une plateforme crypto?

Les affaires Celsius et Terra Luna ont quelque peu jeté le discrédit sur les investissements liés aux cryptomonnaies/altcoins et le rôle que peuvent jouer certaines plateformes crypto dans ces scandales financiers.

C’est l’occasion de faire le point sur les actions à mettre en place en cas de litige avec une plateforme crypto.

Les NFT (« Non Fungible Tokens ») pour les nuls

Au cabinet, nous constatons une augmentation des demandes autour de ce nouvel actif numérique, du côté des investisseurs mais aussi du côté des créateurs de NFT.
Cependant l’effet de mode prenne parfois le pas sur la connaissance réelle de ce qu’implique la technologie blockchain et ses différentes émanations (monnaies virtuelles, finance décentralisée, NFT, …).
Cet article de vulgarisation a donc pour objectif de vous expliquer le fonctionnement des NFT, et comment vous pouvez en tirer avantage, côté investisseur ou porteur de projets.
Cet article vient compléter la « F.A.Q.J » sur les NFT qui aborde les aspects strictement juridiques.

Avocat fiscaliste crypto: tout ce qui brille n’est pas d’or

Ces derniers temps, on voit fleurir des sites vantant leurs compétences en matière de « fiscalité crypto ».

Le style racoleur de ces sites, et surtout la méconnaissance étonnante de plusieurs obligations déontologiques nous amènent à nous interroger sur l’identité des éditeurs de ce site.

Nous souhaitions vous alerter sur les points de vigilance à observer lorsque vous faites appel en ligne à un avocat fiscaliste spécialiste crypto, sans jamais l’avoir rencontré.

Paiement différé : quelles obligations pour les e-commerçants ?

Le rapport d’enquête de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) sur les solutions de crédit à court terme et paiement fractionné a été publié le 12 juillet 2022.
L’occasion de faire le point sur cette pratique qui peut entrainer des lourdes sanctions pour les commerçants, rarement conscients de leurs obligations à ce titre.

Le Bitcoin, nouvel étalon monétaire?

C’est la crise.
Et à première vue, il semblerait qu’elle n’épargne pas non plus le marché des cryptoactifs.
Après une explosion record lors de la crise sanitaire, le marché crypto rencontre une phase de repli, en partie due à une crise de confiance des investisseurs.
Au-delà des éventuelles vertus purificatives du krach actuel sur la santé du marché, peut-t-on (et doit-on ?) espérer de voir le Bitcoin devenir un « étalon monétaire », pour sauver une économie en perte de sens et de croissance ?

Commerce en ligne : de nouvelles mentions obligatoires à compter du 28 mai 2022

Le décret n°2022-424 du 24 mars 2022 pris en application de la Directive européenne « OMNIBUS » (dont l’objectif est de moderniser le droit des consommateurs applicable au sein de l’UE) a été publié au JORF le 26 mars 2022.Les nouvelles dispositions relatives à ce décret entrent en vigueur le 28 mai 2022.

Elles viennent d’une part, préciser les informations fournies au consommateur par le professionnel dans le cadre de son obligation d’information précontractuelle, et d’autre part, modifier le formalisme du droit de rétractation.

Marketplaces de NFT et règles du droit de la consommation

Au-delà du régime propre aux Prestataires de services sur Actifs Numériques qui pourrait ou non s’appliquer aux NFT en fonction de leurs usages, une règlementation spécifique aux marketplaces s’est développée afin de garantir un équilibre contractuel entre, d’une part, la plateforme et les consommateurs, et, d’autre part, la plateforme et les professionnels en situation de dépendance économique. Les marketplaces NFT sont-elles concernées par l’application de ces règles?

Enregistrement PSAN : la plateforme BINANCE peut-elle vraiment démarcher?

Après un an et demi de procédure, la plateforme BINANCE a obtenu l’enregistrement en qualité de Prestataire de services sur Actifs Numériques (PSAN) pour la SAS BINANCE France le 4 mai 2022.
A-t-elle le droit, comme elle le prétend, de librement démarcher ses clients et faire de la publicité?