Mise à jour des Guidelines LCB-FT sur les actifs numériques

par | Mar 3, 2021 | Blockchain, Regulatory

Le Groupe d’Action Financière (GAFI) lance une consultation publique afin de mettre à jour sa documentation relative aux risques liés aux actifs numériques (guidance on a based-risk approach to virtual assets and virtual assets service providers).

L’objectif de cette mise à jour est d’élargir les recommandations aux nouveaux usages et notamment aux stablecoins.

La date limite de participation de cette consultation est fixée au 20 avril 2021.

Qui est le GAFI ?

 

Le GAFI est un organisme intergouvernemental visant à développer et promouvoir des politiques nationales et internationales de lutte LCB-FT. Si le GAFI ne dispose d’aucun pouvoir normatif, il est de bon ton pour les pays de suivre ses recommandations. En outre, la Commission européenne est tenue de prendre en compte les préconisations du GAFI.

Le GAFI souhaite clarifier les statuts des actifs numériques et des PSAN

 

Le premier objectif est d’intégrer tous les instruments financiers tokénisés dans les standards du GAFI.

Concernant les PSAN, il est préconisé d’étendre les recommandations aux PSAN dits « non custodial ». Il s’agit des prestataires de services sur actifs numériques proposant des services décentralisés, ce qui pose quelques difficultés. En effet, on veut imposer des obligations à des PSAN qui n’ont aucun contrôle effectif sur les actifs des clients. En pratique, cela revient donc à demander aux PSAN de mettre en œuvre un processus KYC/KYT sur des réseaux complètement décentralisés …

La position du GAFI sur ce point s’avère pour le moins surprenante et semble déconnectée de la réalité pratique.

 

Le GAFI souhaite adapter son approche aux stablecoins

Tout en rappelant les risques inhérents à cette catégorie d’actifs, le GAFI appelle à adopter une approche « security by design ».

L’idée étant que les risques LCB-FT soient évalués en fonction des caractéristiques propres au stablecoin et traités avant leur émission.

Pour rappel, les stablecoins sont dans le viseur de l’Union européenne qui envisage de restreindre leur émission et de les aligner sur le statut juridique de la monnaie électronique.

 

Le GAFI demande aux PSAN de renforcer la traçabilité des échanges

 

Compte tenu des risques inhérents aux actifs numériques dont la blockchain favorise l’anonymat, le GAFI recommande de limiter certains échanges P2P.

Les PSAN sont invités à limiter leurs échanges avec d’autres PSAN non régulés, ainsi qu’à limiter les possibilités de transactions « privées ».

En outre, le GAFI poursuit son intégration progressive de la Travel rule. L’organisation préconise ainsi aux PSAN de soumettre l’ensemble des transactions aux vérifications nécessaires (traçabilité du donneur d’ordre et du bénéficiaire).

Là encore, un problème d’application concrète de ces recommandations va se poser pour les PSAN « non custodial ».

 

Que doivent retenir les PSAN de ces propositions du GAFI ?

 

Ces différentes propositions traduire un climat encore très méfiant vis-à-vis des actifs numériques et des PSAN. Selon le GAFI, les actifs numériques seraient majoritairement utilisés pour dissimuler des actes de fraude financière et de financement du terrorisme.

Tout d’abord, la prise en compte de l’anonymat lié aux actifs numériques semble exagérée.

En réalité, une transaction entre actifs numériques n’est pas plus anonyme qu’une transaction en argent liquide. Et pourtant, l’approche des régulateurs semble différente. Pour les transactions en cash, on axe la politique sur la limitation des opérations. Pour les actifs numériques, on impose aux PSAN des exigences hors normes sur la traçabilité des flux.

Est-ce bien opportun de faire peser de telles contraintes sur les PSAN, alors que ceux-ci sont déjà confrontés aux refus des banques de leur ouvrir les services bancaires?

La France a d’ailleurs légèrement assoupli la règlementation LCB-FT pour les PSAN à la fin de l’année 2020. La crise sanitaire et la complexité administrative de la procédure d’enregistrement/agrément avaient en effet entrainé des suspensions d’activité pour plusieurs prestataires de services sur actifs numériques.

Vous êtes un PSAN ou envisagez une activité de PSAN et souhaitez un accompagnement dans une demande d’enregistrement ou d’agrément PSAN? HALT AVOCATS est spécialisé dans les enjeux relatifs à la blockchain et aux actifs numériques. Nos avocats vous assistent dans la mise en oeuvre du process LCB-FT pour vos services sur actifs numériques.

Ce que MiCa va changer pour les investisseurs en crypto-actifs

Après la cessation des paiements de la plateforme Celcius, de l’ancien PSAN français ByKEP, c’est au tour de FTX, acteur majeur de la finance décentralisée, d’être dans l’œil du cyclone. Rebondissant sur cette actualité, Stefan Berger, député européen et rapporteur de la proposition de Règlement...

NFT & propriété intellectuelle: amis ou ennemis?

NFT et propriété intellectuelle : amis ou ennemis? La commission des affaires juridiques ("JURI") du Parlement européen a commandé une étude réalisée par des universitaires européens spécialistes des questions de propriété intellectuelle et notamment en matière de "copyright" (droit d'auteur...

Que faire en cas de litige avec une plateforme crypto?

Les affaires Celsius et Terra Luna ont quelque peu jeté le discrédit sur les investissements liés aux cryptomonnaies/altcoins et le rôle que peuvent jouer certaines plateformes crypto dans ces scandales financiers.

C’est l’occasion de faire le point sur les actions à mettre en place en cas de litige avec une plateforme crypto.

Les NFT (« Non Fungible Tokens ») pour les nuls

Au cabinet, nous constatons une augmentation des demandes autour de ce nouvel actif numérique, du côté des investisseurs mais aussi du côté des créateurs de NFT.
Cependant l’effet de mode prenne parfois le pas sur la connaissance réelle de ce qu’implique la technologie blockchain et ses différentes émanations (monnaies virtuelles, finance décentralisée, NFT, …).
Cet article de vulgarisation a donc pour objectif de vous expliquer le fonctionnement des NFT, et comment vous pouvez en tirer avantage, côté investisseur ou porteur de projets.
Cet article vient compléter la « F.A.Q.J » sur les NFT qui aborde les aspects strictement juridiques.

Avocat fiscaliste crypto: tout ce qui brille n’est pas d’or

Ces derniers temps, on voit fleurir des sites vantant leurs compétences en matière de « fiscalité crypto ».

Le style racoleur de ces sites, et surtout la méconnaissance étonnante de plusieurs obligations déontologiques nous amènent à nous interroger sur l’identité des éditeurs de ce site.

Nous souhaitions vous alerter sur les points de vigilance à observer lorsque vous faites appel en ligne à un avocat fiscaliste spécialiste crypto, sans jamais l’avoir rencontré.

Paiement différé : quelles obligations pour les e-commerçants ?

Le rapport d’enquête de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) sur les solutions de crédit à court terme et paiement fractionné a été publié le 12 juillet 2022.
L’occasion de faire le point sur cette pratique qui peut entrainer des lourdes sanctions pour les commerçants, rarement conscients de leurs obligations à ce titre.

Le Bitcoin, nouvel étalon monétaire?

C’est la crise.
Et à première vue, il semblerait qu’elle n’épargne pas non plus le marché des cryptoactifs.
Après une explosion record lors de la crise sanitaire, le marché crypto rencontre une phase de repli, en partie due à une crise de confiance des investisseurs.
Au-delà des éventuelles vertus purificatives du krach actuel sur la santé du marché, peut-t-on (et doit-on ?) espérer de voir le Bitcoin devenir un « étalon monétaire », pour sauver une économie en perte de sens et de croissance ?

Commerce en ligne : de nouvelles mentions obligatoires à compter du 28 mai 2022

Le décret n°2022-424 du 24 mars 2022 pris en application de la Directive européenne « OMNIBUS » (dont l’objectif est de moderniser le droit des consommateurs applicable au sein de l’UE) a été publié au JORF le 26 mars 2022.Les nouvelles dispositions relatives à ce décret entrent en vigueur le 28 mai 2022.

Elles viennent d’une part, préciser les informations fournies au consommateur par le professionnel dans le cadre de son obligation d’information précontractuelle, et d’autre part, modifier le formalisme du droit de rétractation.

Marketplaces de NFT et règles du droit de la consommation

Au-delà du régime propre aux Prestataires de services sur Actifs Numériques qui pourrait ou non s’appliquer aux NFT en fonction de leurs usages, une règlementation spécifique aux marketplaces s’est développée afin de garantir un équilibre contractuel entre, d’une part, la plateforme et les consommateurs, et, d’autre part, la plateforme et les professionnels en situation de dépendance économique. Les marketplaces NFT sont-elles concernées par l’application de ces règles?

Enregistrement PSAN : la plateforme BINANCE peut-elle vraiment démarcher?

Après un an et demi de procédure, la plateforme BINANCE a obtenu l’enregistrement en qualité de Prestataire de services sur Actifs Numériques (PSAN) pour la SAS BINANCE France le 4 mai 2022.
A-t-elle le droit, comme elle le prétend, de librement démarcher ses clients et faire de la publicité?